H24 Finance – Un processus de gestion différenciant et bien rôdé…

Gay-Lussac étend sa stratégie microcaps à l’univers européen avec un modèle éprouvé depuis 2007.

RJ Funds Smicrocaps, démarré en août 2019 se voit commercialement lancé en avril 2021, après que le fonds Gay-Lussac Microcaps a été fermé aux nouvelles souscriptions en janvier. Tandis que ce dernier comporte 70% de valeurs françaises, son alter ego européen détient 70% de valeurs européennes.

Gay-Lussac Gestion en bref
La société, qui trouve ses origines dans l’activité de gestion de Raymond James à Paris, a pris son indépendance cette année. Avec 110% de croissance des encours au cours des trois dernières années, elle gère plus d’un milliard d’euros grâce à une équipe de 20 collaborateurs et peut compter sur 26 ans d’expertise pour assurer la gestion et son développement.

Sa philosophie de gestion :

  • Offrir de la récurrence dans la performance et mettre en lumière « la beauté des intérêts cumulés »
  • Limiter les drawdowns et la volatilité,
  • Assurer le meilleur rendement/risque possible.

RJ Funds Smicrocaps vise 7% annualisés soit le doublement du capital en 10 ans.

Un processus de gestion différenciant et bien rôdé
La société de gestion a développé un processus en quatre étapes. L’un des objectifs essentiels est d’éviter le biais émotionnel qui peut affecter significativement les décisions ce gestion, a expliqué Louis de FELS.

1/ Filtres quantitatifs
Deux critères défensifs (faible volatilité et faible beta) et un critère de performance (Momentum de prix) se conjuguent pour extraire les 200 valeurs les mieux classées dans un univers de 800 microcaps en Europe capitalisant moins de 500 M€ (à l’achat).
Louis de FELS a souligné le lien étroit entre la performance boursière à long terme et le double attribut faible volatilité-faible corrélation, comme en témoignent Hermès ou Air Liquide.

2/ Comité macroéconomique trimestriel
Il définit le scénario macro et identifie les dynamiques fortes permettant de retenir 3-4 thèmes d’investissement avec l’aide des Cahiers Verts de l’Economie qu’anime Jean-Pierre Petit.
Actuellement, la gestion se concentre sur 4 thèmes :

  • Structurels – transitions numérique et énergétique, situations spéciales –
  • Conjoncturels – surprise européenne et politiques monétaires accommodantes. L’équipe de gestion de GLG estime que les taux devraient rester durablement bas et se trouvent confortée dans son analyse par les déclarations de la présidente de la BCE, Christine Lagarde.

3/ 40-60 valeurs sélectionnées par l’analyse fondamentale
Le savoir-faire de Gay-Lussac Gestion dans la sélection de valeurs porte souvent la gestion vers des sociétés familiales qui alignent mieux les intérêts des dirigeants avec ceux des actionnaires que les grands groupes où le mandat des dirigeants, bien plus court dans les faits, peut les faire privilégier les résultats de court terme. Bien souvent, les entreprises d’origine familiale ont constitué des barrières à l’entrée élevées comme Aubay, SII Group, Neurones ou la finlandaise Digia qui sont des « mini Cap Gemini » extrêmement bien gérées.
Gay-Lussac Gestion porte une attention particulière à la valorisation qui doit être attrayante par rapport aux sociétés concurrentes, à ses ratios historiques et à l’objectif de cours. 

4/ Construction de portefeuille
Autre élément différenciant de l’approche Gay-Lussac Gestion, sa construction en budget de risque en trois tiers :

  • 1/3 surpondéré dans les valeurs les mieux classées – 2 à 5%/ligne
  • 1/3 équipondéré dans les valeurs intermédiaires du classement – 1 à 2%/ligne
  • 1/3 sous pondéré dans les titres les moins bien classés – 0,5% à 1%/ligne

Le portefeuille ne contient aucune entreprise ultra cyclique ni de société récemment mise en bourse.
In fine, le portefeuille est moins volatile et bénéficie de corrélations plus faibles. Il a tendance à sous-performer dans les phases fortement haussières et, surtout, à bien résister dans les phases adverses faisant ainsi rejaillir les qualités intrinsèques de ces entreprises.

A mesure que le portefeuille évolue, le processus d’investissement permet de maintenir l’absence de biais émotionnel, qui évite de vendre prématurément par exemple. Neoen est resté longtemps en portefeuille puis a vu son poids divisé par deux en début d’année 2021 quand son classement est passé du premier au dernier tiers. Le titre a certes baissé mais la gestion a finalement gagné de l’argent et minimisé l’impact de la forte correction de 2021.
La tentation de moyenner à la baisse est aussi évitée. La vente à perte est même encouragée quand un titre confirme ses faiblesses comportementales en matière de volatilité et de corrélation.

Performances au 30 avril 2021

Gay-Lussac Microcaps (part A) affiche 12,2% contre 12,8% pour l’indice MSCI Europe Micro Caps Net TR, une légère sous-performance conforme à l’historique de gestion lors des phases très haussières. Quantalys le classe « très bon » sur chacun de ses indicateurs de risque.
Ses volatilité et performance annualisées, respectivement à 9,9% et 14,3% sur 5 ans, le placent nettement devant les fonds de sa catégorie qui affichent 16,4% et 9,4% annualisés respectivement.
Gay-Lussac Microcaps figure dans le premier quartile des fonds actions France – petites et moyennes capitalisations sur 3, 5, 8 et 10 ans. Sans surprise, il est dans le deuxième quartile ytd au 31 mars et sur 12 mois, l’effet de base au 30 avril 2020 étant pénalisant pour une gestion défensive et qualitative.
La part P de RJ Funds Smicrocaps termine le mois d’avril à 13,2% ytd. Le fonds affiche des drawdowns et niveau de volatilité similaires à ceux de son alter ego en valeurs françaises, certes sur une période qui remonte à août 2019 seulement. Quantalys le note « très bon » sur l’ensemble de ses indicateurs de risque.

Exemple de valeurs dans RJ Funds Smicrocaps

  • SICIT est une société italienne spécialisée dans la transformation de résidus de cuir récupérés auprès de tanneries afin de produire des protéines qui servent de biostimulants dans l’agriculture (61% du CA) ou de retardateurs, notamment pour le plâtre de construction (23% du CA).

Ce groupe capitalisant près de 300 M€ génère un ROCE (retour sur capitaux employés) de 28%, un EBITDA de 38%. Sa croissance 2020 fut double de celle du marché.

  • Le finlandais Digia, issu du spin-off en 2016 de la société nordique QT, opère dans le conseil en informatique. 2/3 de son activité proviennent de la maintenance et 1/3 de l’administration finlandaise. Sa croissance organique de 2% en 2020 démontre la résistance de son modèle économique qui lui a permis de croître de 15%/an jusqu’à présent.

Il produit un ROCE de 19% et capitalise 220 M€ avec un P/E prospectif de x21.

  • Holland Colours (HCA) est un groupe néerlandais produisant des systèmes d’enduction de peintures lesquelles bénéficient de pigments aux qualités supérieures (protection anti-UV, résistance à l’eau) qui intéressent principalement le BTP et les métiers de l’emballage.

Avec une croissance organique de 5 à 10% en moyenne, il jouit de barrières fortes à l’entrée grâce à ses innovations. Son levier opérationnel a permis d’augmenter ses bénéfices de 120% en 5 ans avec des ventes en hausse de 38%. Cette microcap de 110 M€ traite à 12x et génère un ROCE de 28%.

  • LiveChat, éditeur polonais de logiciels, facilite la communication des entreprises avec leurs clients, avec des solutions telles LiveChat et Chatbot. Il est devenu le troisième plus gros acteur de son marché avec 31 000 clients parmi lesquels Unilever, PayPal ou Ryanair. Cette capitalisation de 720 M€ traite à un PER de x31 et produit une marge d’EBITDA à 68%. 95% de son CA étant produits en Dollars américains, l’exposition au Zloty polonais ne constitue pas une préoccupation significative pour l’investisseur.

Pourquoi investir dans les Smallcaps ?

Edwin Faure résume les atouts principaux de cette classe d’actifs :

  • Les smallcaps ont tendance à surperformer les grandes capitalisations (2% par an en moyenne à LT selon le gérant), particulièrement pendant les reprises cycliques,
  • L’alignement d’intérêts des dirigeants avec les actionnaires est bien plus fort que dans les grands groupes,
  • Les smallcaps sont les grands bénéficiaires des plans de relance européens, la plupart des emplois se comptant dans les rangs des TPE et PME,
  • Le regain d’OPA devrait se matérialiser alors que de grands groupes recherchent des relais de croissance avec des compétences nouvelles. Ajoutons le private equity, où les multiples de valorisation sont 25% à 30% supérieurs à ceux des valeurs cotées, qui y voit le moyen de doper la croissance de leurs participations de façon relutive.

Comment souscrire ?

RJ Funds Smicrocaps Part P EUR, SRRI 5, est éligible au PEA et disponible sous le code LU2022049022 avec des frais de gestion fixes à 2% maximum assortis d’une commission de surperformance de 12% au-delà de 7% nets sur un an.
Pour le calcul de la commission variable, saluons l’utilisation d’un high water mark historique, sans reset annuel, qui marque un alignement d’intérêt fort du gérant avec les souscripteurs.

Article de Erik ALME pour H24 Finance, publié le 05 mai 2021

Avertissement

Cet article promotionnel est diffusé à des fins d’informations et ne saurait en aucun cas s’interpréter comme constituant un conseil en investissement, une offre de souscription, d’achat ou de vente des titres ou fonds mentionnés. Les données, informations, performances et appréciations formulées reflètent l’opinion de Gay-Lussac Gestion à la date de publication et sont susceptibles d’être révisées ultérieurement. Cet article, établit par les équipes de Gay-Lussac Gestion, fournit une information sur les marchés financiers et leurs acteurs. Gay-Lussac Gestion détient des positions dans la valeur présentée pour 1,80% de l’actif du FCP Gay-Lussac Microcaps Europe au 31/05/2023. Les performances réalisées par le passé ne préjugent pas des résultats futurs ni de la réalisation des objectifs des différents produits. Elles ne sont pas constantes dans le temps. L’investisseur doit être conscient qu’investir comporte des risques de perte totale ou partielle du capital investi. Cet article peut intégrer une recommandation d’investissement et Gay-Lussac Gestion peut avoir un intérêt dans la ou les valeur(s) présentée(s). Pour toute information complémentaire, consultez notre politique de gestion des conflits d’intérêtsGay-Lussac Gestion ne saurait être tenue responsable d’une décision d’investissement ou de désinvestissement prise sur la base des informations contenues dans cet article. Pour tout vocabulaire technique, consultez le glossaire. Ce document reste la propriété de Gay-Lussac Gestion, SAS au capital social de 391 200 €, immatriculée au RCS de Paris sous le numéro 397 833 773, située au 45 avenue George V 75008 Paris, agréée par l’AMF sous le numéro GP 95-001. De plus amples détails sont disponibles sur demande ou sur www.gaylussacgestion.com. La reproduction ou la distribution en est strictement interdite sans l’autorisation écrite préalable de Gay-Lussac Gestion. Date de réalisation : juin 2023.

Pour aller plus loin

Nos actualités