Le Revenu : Un fonds pour investir dans les petites valeurs sans prendre trop de risque

Les gérants Louis de Fels et Edwin Faure sélectionnent des petites entreprises européennes de croissance peu risquées. On trouve dans le fonds des titres comme Pharmanutra, Digital Value, Robertet.

La société Gay-Lussac Gestion (ex-Raymond James Asset Management International) veut promouvoir en France le fonds de droit luxembourgeois RJ Funds Smicrocaps (code Isin LU2022049022), investi dans des entreprises européennes dont la capitalisation boursière est inférieure à 500 millions d’euros.

Eligible au PEA, le fonds géré par Louis de Fels et Edwin Faure progressait à fin mars de 39,8% depuis sa création en août 2019.

Il bénéficie de la même rigueur de gestion qui a fait le succès des fonds investis en petites valeurs françaises, Gay-Lussac Microcaps (+98,2% en cinq ans au 12 avril et 3e sur 67 selon Quantalys, +191,4% en dix ans, 4e sur 38) et Gay-Lussac Smallcaps (+73,4% en cinq ans, 16e sur 67).

L’objectif affiché par les deux gérants est d’offrir de la performance aux investisseurs en limitant les «drawdowns» (risque de baisse maximale) et la volatilité des cours.

Des actions qui montent doucement mais sûrement

Le processus d’investissement est très strict, avec un premier tri sur la volatilité des actions et un deuxième sur le «beta» (sensibilité du titre aux variations du marché), en privilégiant les valeurs les moins volatiles et affichant les plus faibles beta. Le troisième tri porte sur la dynamique de performance positive.

L’ambition des gérants est de privilégier des valeurs qui montent «doucement mais sûrement». Ainsi, le fonds progressera moins vite que d’autres dans des périodes d’euphorie, mais il résistera beaucoup mieux dans des phases de baisse. S’y ajoute une part de liquidités qui pèse entre 10% et 15% de l’encours (actuellement à 12%).

Plusieurs thèmes structurels sont par ailleurs représentés dans le fonds: la transition énergétique et la transformation digitale, les «situations spéciales» (retournement, changement de dirigeant, croissance externe, etc.). Des thèmes conjoncturels guident des choix d’actions, dont les plans de relance publics et le soutien des banques centrales.

Enfin, la sélection finale d’une cinquantaine de valeurs est basée sur la génération de free cash flow, des bilans très solides, la croissance organique, le levier opérationnel, la rentabilité des fonds propres, les ratios de valorisation, etc.

Un objectif à long terme de 7% par an

Les titres sont ensuite «surpondérés» selon leur plus faible volatilité et leur plus faible corrélation à l’ensemble du portefeuille. L’objectif à long terme est de réaliser une performance de 7% par an, soit un doublement du capital tous les dix ans.

À fin mars, les actions françaises pesaient 33% de l’encours, les valeurs italiennes 28%, suivies de la Finlande à 10%, le Danemark à 4%, la Norvège à 3%.

Les technologies de l’information (26% de l’encours), l’industrie (19%), la consommation discretionnaire (20,4%) sont sur-représentés, alors que l’énergie (0%), la santé (2,4%), la finance (2,4%) sont sous-pondérés.

Technologie, industrie et consommation

Les cinq premières positions du fonds sont Pharmanutra (producteur italien de suppléments nutritionnels), la société italienne de conseil en stratégie Digital Value, le fabricant français d’arômes naturels Robertet, le distributeur suédois d’aliments pour animaux Musti Group, le producteur de vin italien Italian Wine Brands.

D’autres sociétés sont présentes dans le portefeuille, comme Sicit Group (fabricant italien de bio-stimulants pour le monde agricole), Digia (éditeur de logiciels finlandais), Holland Colours (chimiste hollandais), Chemometec (fabricant danois de compteurs cellulaires).

Ainsi que Livechat (éditeur de logiciels de communication polonais), Kamux (revendeur finlandais de voitures d’occasion), North Media (groupe danois de médias), Stef (transporteur français spécialisé dans le froid).

Article de Romain Dion pour Le Revenu, 21 avril 2021

Avertissement

Cet article promotionnel est diffusé à des fins d’informations et ne saurait en aucun cas s’interpréter comme constituant un conseil en investissement, une offre de souscription, d’achat ou de vente des titres ou fonds mentionnés. Les données, informations, performances et appréciations formulées reflètent l’opinion de Gay-Lussac Gestion à la date de publication et sont susceptibles d’être révisées ultérieurement. Cet article, établit par les équipes de Gay-Lussac Gestion, fournit une information sur les marchés financiers et leurs acteurs. Gay-Lussac Gestion détient des positions dans la valeur présentée pour 1,80% de l’actif du FCP Gay-Lussac Microcaps Europe au 31/05/2023. Les performances réalisées par le passé ne préjugent pas des résultats futurs ni de la réalisation des objectifs des différents produits. Elles ne sont pas constantes dans le temps. L’investisseur doit être conscient qu’investir comporte des risques de perte totale ou partielle du capital investi. Cet article peut intégrer une recommandation d’investissement et Gay-Lussac Gestion peut avoir un intérêt dans la ou les valeur(s) présentée(s). Pour toute information complémentaire, consultez notre politique de gestion des conflits d’intérêtsGay-Lussac Gestion ne saurait être tenue responsable d’une décision d’investissement ou de désinvestissement prise sur la base des informations contenues dans cet article. Pour tout vocabulaire technique, consultez le glossaire. Ce document reste la propriété de Gay-Lussac Gestion, SAS au capital social de 391 200 €, immatriculée au RCS de Paris sous le numéro 397 833 773, située au 45 avenue George V 75008 Paris, agréée par l’AMF sous le numéro GP 95-001. De plus amples détails sont disponibles sur demande ou sur www.gaylussacgestion.com. La reproduction ou la distribution en est strictement interdite sans l’autorisation écrite préalable de Gay-Lussac Gestion. Date de réalisation : juin 2023.

Pour aller plus loin

Nos actualités